Une eau pure, une vie saine
Contactez-nous : 05 63 04 45 67

Hydron Cyklon : une technologie anti tartre brevetée, sans produits chimiques et sans électricité


Les conditionneurs magnétiques Hydron Cyklon offrent une protection efficace contre le calcaire, le tartre et la rouille. Ils sont respectueux de l’environnement, n’utilisent pas d’électricité et ne nécessitent l’utilisation d’aucun produit chimique.
Mais sur quels principes scientifiques l’efficacité de ce type d’appareils repose-t-elle ? Qui a créé l’entreprise Hydron Cyklon ? Où les adoucisseurs du même nom sont-ils fabriqués ? Et sont-ils conformes aux normes de sécurité européennes ? Voici tout ce qu’il faut savoir sur les solutions anti tartre Hydron Cyklon.

L’invention des appareils Hydron Cyklon

L’histoire de Hydron Cyklon est celle d’une rencontre entre un jeune entrepreneur (Adolf Allemann) et une discipline scientifique (la magnétohydrodynamique) encore peu connue mais très prometteuse.
 
Hydron Cyklon, un bel exemple de savoir-faire suisse en matière de technologie

L’adoucisseur Hydron Cyklon a été inventé par un entrepreneur helvète : Adolf A. Allemann. Ce dernier a développé puis fait breveter un dispositif unique de lutte contre le tartre grâce à l’action des ondes magnétiques sur les cristaux de calcium (et de magnésium) présents dans l’eau chaude sanitaire.
Le 1er janvier 1979, Adolf A. Allemann a fondé l’entreprise Hydron Cyklon afin de produire et de distribuer ses systèmes de purification de l’eau très novateurs. Aujourd’hui, près de 45 ans après la création d’Hydron Cyklon, les produits phares de la marque sont toujours fabriqués dans ses ateliers de Luterbach, en Suisse alémanique.
Le siège d’Hydron Cyklon se trouve dans le canton de Soleure au nord-ouest de la Suisse. Grâce à cette situation géographique avantageuse, Hydron Cyklon cultive un lien de proximité avec son réseau de distributeurs ainsi qu’avec ses clients en Suisse, en Allemagne, en Autriche, en France ou encore en Italie.
 
Calcaire et tartre : les ennemis jurés de la tuyauterie

Dans le domaine de la plomberie, le terme « calcaire » désigne un ensemble de minéraux (principalement des sels de calcium) qui se déposent au niveau des canalisations et des éléments de robinetterie. Il s’agit en principe de silicates, d’oxalate de calcium, de carbonate de calcium ou de phosphate de calcium.
Contrairement à une idée répandue, le calcaire n’est pas contenu tel quel dans l’eau. Il apparaît lorsque du calcium et du magnésium sont soumis à des températures élevées. Chauffer une eau riche en calcium et en magnésium entraîne donc la formation de calcaire. Ce dernier s’accumule, couche après couche, sur les parois des tuyaux et des appareils (comme les chauffe-eaux) jusqu’à produire un dépôt blanchâtre : le tartre.
Plus la teneur potentielle en calcaire d’une eau est élevée, plus cette eau est dite « dure ». La dureté de l’eau d’un foyer (ou d'un bâtiment industriel) peut aisément être mesurée grâce à des kits vendus dans le commerce. En France, il est également possible d’obtenir un rapport sur la qualité de l’eau d’une commune auprès de son ARS (agence régionale de santé).

Hydron Cyklon : la magnétohydrodynamique au service des foyers


L’efficacité de l’adoucisseur Hydron Cyklon pour les eaux dures repose sur les principes d’une branche des sciences physiques : la magnétohydrodynamique (ou MHD).
 
Hydron Cyklon : la magnétohydrodynamique appliquée au quotidien

La magnétohydrodynamique, que l’on appelle également « magnétodynamique des fluides », consiste à étudier l’influence des champs électromagnétiques sur les fluides conducteurs (comme certains liquides, métaux ou gaz). Au carrefour de l’électromagnétisme et de l’hydrodynamique, cette discipline est encore relativement récente et peu investiguée.
On doit les prémisses de la MHD au savant anglais Humphry Davy. Dans les années 1820, ce chimiste montre qu’un champ magnétique est susceptible de dévier un courant électrique. Les expériences de Davy sont ensuite poussées plus loin par le célèbre physicien Michael Faraday qui, en 1832, entame une série d’études consacrées à la production magnétohydrodynamique d’énergie. A l’époque, le terme « magnétohydrodynamique » n’existe pas encore.
 
Le développement de la MHD au 20ème siècle

Ce n’est qu’en 1942 que la MHD acquiert ses lettres de noblesse grâce au Suédois Hannes Alfvén. En pleine seconde guerre mondiale, cet astrophysicien approfondit les investigations entamées par Davy et Faraday. Il étudie les phénomènes de propagation des ondes magnétiques dans le plasma et invente le mot « magnétohydrodynamique ».
Les travaux de Hannes Alfvén popularisent cette discipline scientifique pleine de promesses. Ils lui valent même de recevoir le prix Nobel de physique (en 1970), puis la Médaille Franklin (en 1971), la Médaille d’or de l’Académie des sciences de l’URSS (en 1971) et enfin la médaille Bowie de l’union américaine de géophysique (en 1988).
 
La magnétohydrodynamique, une science au potentiel infini

Malgré son riche potentiel en termes de découvertes et d’expérimentations technologiques, la MHD manque encore d’applications concrètes. Le conditionneur magnétique Hydron Cyklon fait partie des rares objets du quotidien qui mettent les découvertes de la MHD au service des consommateurs.
D’autres mises en œuvre pratiques de la MHD sont envisagées par des ingénieurs du monde entier, en particulier parce que l’utilisation de ce type de technologie nécessite peu de ressources, permettant ainsi à la MHD de s’inscrire dans une dynamique de développement durable. Ainsi, en 2014, deux chercheurs de l’université de Xi’an Jiaotong (en Chine) ont montré que certaines centrales thermiques pourraient être plus efficaces si leur système d’exploitation intégrait la technologie de la MHD (source : https://www.researchgate.net/publication/299624685_Integration_of_Magnetohydrodynamics_MHD_Power_Generating_Technology_with_Thermal_Power_Plants_for_Efficiency_Improvement).

Hydron Cyklon, l’adoucisseur magnétique conforme aux normes de sécurité européennes

Tous les procédés de conception et de fabrication des appareils Hydron Cyklon respectent les normes européennes en matière de sécurité. Ces produits témoignent d’un savoir-faire de pointe.
 
Un appareil aux normes TÜV et GS

L’adoucisseur magnétique Hydron Cyklon étant distribué en Allemagne, il a subi les tests d’homologation du TÜV (« Technischer Überwachungs Verein » ou « association pour le contrôle technique »), qui est le premier organisme d’évaluation de la sûreté des produits outre-Rhin. Véritable institution pour l’ensemble du marché européen, cette association effectue des contrôles de sécurité et de conformité en toute indépendance depuis 1866.
Les produits Hydron Cyklon portent également le label GS (« Geprüfte Sicherheit » ou « Sécurité évaluée »). Celui-ci certifie que l’objet est conforme aux normes de sécurité en vigueur non seulement en Allemagne, mais aussi dans l’ensemble de l’Union européenne.
 
Hydron Cyklon, un produit suisse qui respecte les normes françaises

L’adoucisseur Hydron Cyklon est conçu dans le respect des normes françaises (NF) applicables à la plomberie, telles que prescrites par la dernière version du DTU (document technique unifié) 60.1 et de ses annexes.
Le DTU « Plomberie sanitaire pour bâtiment à usage d’habitation » est un livret publié et régulièrement mis à jour par l’Afnor (association française de normalisation). Ce texte encadre, entre autres, les pratiques liées à la conception des réseaux d’alimentation en eau ainsi qu’à l’installation des appareils de production d’eau chaude sanitaire (comme les chaudières).

Sélectionnez votre conditionneur Hydron Cyklon

Vous cherchez une solution anti tartre pour votre maison, votre appartement, votre immeuble ou votre bâtiment industriel ? Essayez l’un de nos conditionneurs magnétiques Hydron Cyklon. Ces dispositifs novateurs constituent un moyen efficace de lutter contre le tartre et la corrosion, sans électricité et sans produits chimiques.